Le cachemire est une fibre rare et précieuse aux propriétés exceptionnelles et à la légèreté incomparable. Il en existe néanmoins de toutes les qualités. Selon les méthodes utilisées, il sera plus ou moins beau, et donc plus ou moins cher.

La qualité d’un pull en cachemire repose notamment sur le choix de la matière première. Ce sont ses caractéristiques qui vont déterminer l’aspect final de votre vêtement. 

Alexandra Golovanoff utilise le meilleur cachemire du monde, provenant de la filature italienne la plus renommée.

 

La matière première

Pour parvenir à réaliser un fil de haute qualité, il est primordial de sélectionner avec soin la matière première, de s’assurer de sa provenance, de sa pureté, de sa finesse et de sa régularité.

Les deux pays producteurs de cachemire les plus importants, tant du point de vue de la quantité que de la qualité, sont la Chine et la Mongolie.

Le cachemire provenant de Chine est considéré comme le meilleur : la finesse et la longueur de la matière sont exceptionnelles.

Notre cachemire vient des hauts plateaux du désert de Gobi situés dans la région de l’Alashan, en Chine, où vivent les chèvres Hircus, qui produisent la fibre la plus fine et précieuse.

Ces chèvres vivent dans un environnement désertique avec un climat extrême variant de -40 à + 40 degrés. 

Le duvet situé sous les longs poils de leur toison, permet à ces animaux de s’adapter à ce climat particulièrement rude. Celui-ci est récolté une fois par an entre le mois de mai et juillet, à la main par peignage selon un savoir-faire transmis de génération en génération. Les animaux sont extrêmement bien traités du fait de leur valeur.                                                                                      

Une chèvre adulte produit environ 450 à 500 grammes de fibre brute, qui une fois triée par des mains expertes, ne représentera plus qu’une centaine de grammes. Cette sélection impitoyable du poil est à la base de la grande qualité du cachemire que nous utilisons.

 

Héritage et savoir faire 

L’héritage et le savoir-faire de la filature auprès de qui nous nous fournissons est transmis depuis quatre générations.

Elle bénéficie de l’expérience des artisans locaux, qui trient minutieusement les fibres selon leurs différentes teintes. Chaque lot est analysé selon une quarantaine de points de contrôle dans son laboratoire de Pékin. Aucune de ces opérations n’est déléguée, ce qui permet d’assurer une traçabilité à chaque étape et donc un contrôle scrupuleux de la qualité.

 Le fil est ensuite directement acheminé à l’usine, située au nord de Milan, dans les contreforts des Alpes italiennes.

 

Etapes de fabrication et technologie 

Les poils arrivent dans de gros ballots de toile de jute. Ils sont ensuite transformés en bobines de fil.

Après l’élimination des dernières fibres les plus courtes, les fibres enchevêtrées sont passés dans la carde qui permettra de les paralléliser et de les organiser sous la forme d’une nappe. Cette opération s’effectue grâce aux passages successifs des fibres disposées sur un tapis roulant sous de grands cylindres pourvus de fines dents, qui dirigent petit à petit toutes les fibres dans le même sens. 

La nappe est ensuite divisée en rubans qui sont ensuite enroulés, afin d’aboutir au fil simple. Ce fil simple est ensuite associé à un second fil par combinaison de torsions, qui permettent de lui apporter résistance et stabilité. Tout au long de ces processus, un ensemble de capteurs extrêmement sophistiqués et sensibles permettent de mesurer, analyser et contrôler les opérations de façon précise et scrupuleuse afin d’écarter toute malfaçon.

 

Les coloris unis

 Le fil est ensuite teint à cœur, sur toute sa section et de façon uniforme. La variété des coloris pouvant être obtenue est infinie.

Après plusieurs heures de passage dans un bain de teinture, l’écheveaux est séché, vaporisé et une nouvelle fois transféré sur cône.

Le conditionnement est la dernière étape qui permet de conférer au fil de la résistance et toutes les propriétés requises en vue du tricotage grâce à une opération de vaporisage en autoclave puis de paraffinage.

 

Les coloris dits « chinés »

Dans l’élaboration d’un coloris chiné, la fibre est teinte et séchée. Les fibres de différentes couleurs sont ensuite combinées selon une recette étudiée au préalable puis mélangées de longues heures de façon à obtenir un coloris aux nuances riches et parfaitement homogène.

 

Exigence et traçabilité

Tout est mis en œuvre depuis déjà de longues années pour réduire au maximum l’impact sur l’environnement.

 Tous les processus de filature et de teinture répondent à des normes environnementales drastiques concernant le recyclage et l’épuration de l’eau, les émissions de CO2 et le bilan énergétique.

Cette organisation offre un contrôle complet et une traçabilité à chaque étape de la chaîne de fabrication. Elle permet de combiner le savoir-faire, l’expertise et l’expérience propres à l’histoire de la filature, tout en tirant partie des nouvelles technologies.

 Le haut niveau d’exigence concernant la sélection des fibres permet de réaliser un produit fini d’exception, durable dans le temps, éco-responsable et vertueux, à la croisée des chemins entre tradition et innovation. 

Le cachemire que nous sélectionnons vous offre une élégance et un confort inégalés, agréable en toute saison.

Le respect des animaux, des hommes, de l’environnement et du savoir-faire en sont les valeurs fondamentales.